FIFA: L’Iran doit cesser d’interdire aux femmes l’accès aux stades

Pouvez-vous imaginer qu’on vous arrête simplement parce que vous essayez de regarder un match de votre équipe de football préférée ?

C’est ce qui est arrivé le 1er mars à 35 supportrices de football qui voulaient entrer dans le stade de football national iranien pour rejoindre la foule de 95.000 hommes venus assister au match de Persepolis contre Esteghlal, deux clubs de Téhéran qui se livrent bataille depuis longtemps sur le terrain. Pendant que ces jeunes femmes étaient arrêtées devant le stade Azadi, le président de la FIFA, Gianni Infantino, était à l’intérieur en train de regarder le match du derby téhéranais en compagnie de responsables du gouvernement iranien.

Le choix de l’Iran de pratiquer la discrimination contre les femmes et de leur interdire d’entrer dans les stades de football est contraire à la politique de la FIFA en matière de droits humains et à ses statuts, qui interdisent la discrimination. En effet, l’article 4 des statuts de la FIFA stipule que toute discrimination « est expressément interdite, sous peine de suspension ou d’exclusion ».

Dans 50 jours à peine, l’Iran participera à la Coupe du monde de football masculin en Russie ; c’est la seule équipe de la Coupe du monde qui interdise à ses propres ressortissantes d’assister aux matchs de football dans leurs pays. L’Iran devrait modifier le règlement pour permettre aux Iraniennes d’aller regarder jouer les footballeurs. Exactement comme toutes les autres équipes qui vont participer à la Coupe du monde en Russie.

La FIFA devrait convaincre l’Iran de cesser d’interdire aux femmes l’accès aux stades de football avant la cérémonie d’ouverture de la Coupe du monde.

Les supporters iraniens – hommes et femmes – demandent depuis longtemps à la FIFA de veiller à ce que l’association iranienne de football respecte les règles de la FIFA et cesse toute discrimination contre les fans iraniennes. Dans le passé, l’Iran a autorisé des femmes d’autres nationalités à entrer dans les stades ; il s’agit donc ici d’une attaque directe contre les Iraniennes. D’année en année, l’Iran fait de vagues promesses mais rien ne change vraiment.

Rejoignez-nous, demandez à la FIFA de plaider la cause des supportrices iraniennes maintenant ! Il reste peu de temps avant le coup d’envoi de la Coupe du monde en Russie.

La politique de droits humains de la FIFA est importante. Elle promet la protection aux supporters, aux travailleurs qui construisent les stades et qui fabriquent des objets à l’effigie de la Coupe du monde, aux joueurs et à toute personne ayant un lien avec le football. Comme toute politique, elle n’a de sens que si elle est appliquée, sans exceptions.

Tous les fans de football, quels que soient leur genre, leur race, leur religion ou leur orientation sexuelle, doivent avoir la possibilité de voir et d’encourager leurs équipes préférées. Les organisations sportives internationales comme la FIFA ont l’obligation de garantir des jeux équitables et d’offrir l’opportunité de renforcer les droits humains dans l’ensemble du monde du sport.


Les stars du football iranien s’associent à notre appel:

https://www.washingtonpost.com/news/early-lead/wp/2017/07/11/iranian-soccer-stars-call-on-government-to-repeal-ban-on-women-in-stadiums/?utm_term=.6206641ab9ad

https://www.iranhumanrights.org/2018/03/journalist-confronts-fifa-president-over-irans-ban-on-women-in-stadiums-its-our-right/


Signatures: 9.144 / 12.000